Parti d’Orleix, le matériel médical en route vers Kiev

Le matériel médical réuni par les pompiers est en cours d'acheminement vers l'hôpital de Kiev.


À l’appel au secours de l’hôpital de Kiev, Kathy Labarre a organisé en Bigorre une collecte de matériel médical. Le matériel a été acheminé sur l’hôpital de Kiev par d’autres moyens.
En à peine une semaine, c’est une mobilisation inédite qui s’est mise en place en Bigorre afin de venir en aide aux services de secours ukrainiens. Après quelques jours de collecte et deux jours (et deux nuits) de préparatifs pour conditionner les dons, 12 camions chargés à fond de matériel médical et une ambulance entièrement équipée ont ainsi été expédiés en urgence à Kiev.
À l’initiative de la collecte dans les Hautes-Pyrénées, Kathy Labarre, officier pompier expert chez les Sapeurs-pompiers 47 et responsable de communication et de projet des actions de l’association "Solidarité des pompiers de Théoule", rappelle le contexte. "L’hôpital de Kiev nous a appelés au secours. Ils manquent de tout pour soigner les blessés et les malades. Les sapeurs-pompiers ukrainiens, eux, sont nombreux à être partis sur le front et il faut les remplacer. En accord avec l’Ambassade de France, nous avons décidé d’organiser un convoi pour venir en appui d’intervention à nos collègues sapeurs de Kiev. Ils ont surtout besoin de béquilles, de médicaments, de garrots, tout ce qui est de grande urgence… J’ai eu des dons de partout. C’est fabuleux".
Mais si la solidarité bigourdane a dépassé toutes les espérances, il restait à acheminer les colis en Ukraine. "De vendredi à samedi, les chauffeurs ont roulé toute la nuit pour arriver à la frontière polonaise où ils étaient très attendus. Cela va être compliqué. Les Russes font tout pour empêcher le passage des convois humanitaires", nous a-t-elle expliqué, hier.
À la frontière polonaise, le matériel a été pris en charge et acheminé jusqu’à l’hôpital de Kiev par d’autres.
Cette Orleixoise a réussi, elle aussi, un véritable exploit en mobilisant la Bigorre. Des professionnels de santé aux collectivités, et en particulier la mairie d’Orleix et le Département des Hautes-Pyrénées, en passant par les transporteurs, les associations caritatives, des citoyens touchés par la guerre qui frappe l’Ukraine et par le sort des réfugiés, chacun a apporté sa pierre à l’édifice.
Et Kathy Labarre organise déjà un deuxième convoi. "Je suis appelée de partout. Quand on veut, on peut", glisse-t-elle, infatigable et pleinement engagée.
Comme ses collègues de l’association "Solidarité des pompiers de Théoule" qui regroupe des sapeurs-pompiers professionnels et volontaires rodés aux situations de crise.
Guerres, tempêtes,… ces pompiers aguerris ne reculent devant rien. Et pourtant, devant l’ambiance pesante des camps de réfugiés mis en place dans l’urgence en Pologne à la frontière ukrainienne, il était difficile de rester insensible face à la détresse des familles. "Ce qui a le plus bouleversé le président de notre association, Jean-François Fiorina, ce sont les enfants. Couchés sur les lits de camp, ils ne bougent pas, ne parlent pas, ne jouent pas….".

Publié le